Nos réseaux sociaux
Lyon Sports Actu / Tom Bonnard ©

Foot

OL : Bad Gones et Lyon 1950 perdent patience dans un communiqué, décryptage

Dans un communiqué publié ce mercredi dans la soirée, les deux groupes majeurs de supporters de l’OL, les Bad Gones et les Lyon 1950, n’ont formé qu’un pour dénoncer une « politique sportive illisible. » De « futures actions » seront mises en œuvre en guise de protestations contre la direction et les joueurs du club rhodanien. Décryptage détaillé.

« Inexorablement, l’OLYMPIQUE LYONNAIS s’enfonce sereinement, silencieusement dans la médiocrité. » C’est par ces quelques mots que débute le communiqué publié, ce mercredi 4 janvier, par les deux groupes de supporters de l’OL, Bad Gones (Virage Nord) et Lyon 1950 (Virage Sud). Aux travers de huit paragraphes distincts où ces derniers ont porté la plume dans la plaie, comme le disait Albert Londres, la « politique sportive illisible au mépris de l’Institution et de ses supporters » est dénoncée sans équivoque. Place à un décryptage de ces plusieurs colonnes que voici, ci-dessous.



Une confiance direction-supporters au bord du précipice


Après qu’une situation agaçante ait été regrettée, aux yeux des auteurs du document, de par la gestion de l’entreprise ; « le navire coule paisiblement, personne ne montant au créneau publiquement pour défendre le club », la question de la confiance est abordée. Cette dernière n’est pas prête d’aller en s’arrangeant au vu des dernières prestations que propose la formation du Rhône. « Nous avons dès le mois d’Octobre signalés, les yeux dans les yeux à Vincent Ponsot et Bruno Cheyrou que notre confiance en eux et dans le simili-projet qu’ils nous vendaient était sérieusement entamée, pour ne pas dire plus, le jeu et les résultats nous donnant hélas raison. »

En écrivant ces mots, les Bad Gones et les Lyon 1950 s’appuient sans doute sur le bilan des résultats en championnat, quasiment arrivé à mi-parcours. Après 17 matchs de Ligue 1, sur 38, l’OL enregistre un total de 7 victoires, 3 nuls et 7 défaites. Le tout parsemé de 27 buts inscrits contre 21 concédés. Le mois de janvier 2023, qui a mal démarré à cause d’une défaite dans les dernières minutes face à Clermont (0-1), pourrait être celui d’une attente plus qu’au tournant pour Laurent Blanc et ses hommes. Ceux-ci auront 4 rendez-vous, potentiellement même 5 en cas de qualification pour les 16e de finale de la Coupe de France, où les groupes de supporters pourraient passer au peigne fin leurs prestations. Ainsi que veiller au grain sur les résultats prochainement enregistrés.



Des joueurs « sans caractère, sans âme » pointés du doigt avec martèlement


Dans la suite du communiqué, une succession de trois questions sont posées. « Où est la fierté de porter le maillot lyonnais ? Où est l’orgueil nécessaire à la réussite ? Où sont les valeurs de travail, d’abnégation, de solidarité qui fondent une véritable équipe ? » Difficile d’imaginer que ces dernières ne soient pas directement adressées aux membres de la direction. Avec Jean-Michel Aulas comme principal destinataire. Il est notamment regretté, une nouvelle fois, un oubli de l’identité, la fameuse « ADN OL », ainsi qu’un manque de joueurs d’expériences dans le recrutement. Ces derniers ne sont guère épargnés par la colère des groupes de supporters. Eux-aussi en prennent un sacré coup pour leur grade. C’est même peu dire.

« À l’exception de quelques-uns qui répondent aux attentes d’un club supposé jouer les premiers rôles, nous avons le droit à un défilé de mecs suffisants, sans caractère, sans âme, et qui se complaisent dans la médiocrité entre deux prises de paroles pour expliquer « qu’ils ont compris », « qu’ils ont parlé » et « qu’ils ont beaucoup appris. » Quant aux interventions menées dans l’intimité du vestiaire, on peut s’interroger sur la réceptivité de la majorité du groupe… le moindre sifflet vous tétanise, la moindre banderole vous fait trembler les jambes, la moindre critique vous perturbe… « Lyon est une ville qui donne faim » disait le regretté Paul Bocuse, alors ayez la dalle ou allez manger ailleurs ! », fin de citation. Bon courage pour la digestion…

Paradoxalement, un joueur comme Anthony Lopes, qui fait incontestablement partie des membres répondant aux attentes par un professionnalisme pérenne puis un amour du maillot qui n’est plus à prouver, pourrait être visé à travers ces lignes. Ses déclarations à l’issue de la rencontre après l’échec clermontois (0-1), basées sur le fait de relever la tête, ont fait couler beaucoup d’encre, sur la toile notamment, auprès des supporters de l’OL. Ces derniers pouvant être agacés d’une redondante répétition d’un florilège de paroles pour peu d’actes en retour. Le gardien lyonnais, titulaire indéboulonnable depuis plus de 10 ans, juge pourtant « inacceptable » la situation du club, au même titre que les supporters lassés, et possède un parcours nécessaire pour avoir conscience que le blason doit être respecté par toutes celles et ceux qui le portent.

Bien qu’il s’agisse ici que d’une simple et subjective supposition, et non d’une certitude, les Bad Gones et Lyon 1950 vont rapidement révéler leur vérité dans les prochains jours. Des noms seront cités. « Et parce que le déclin de l’Olympique Lyonnais ne peut durer plus longtemps, nous agirons différemment en ciblant les personnes que nous considérons comme étant responsables de cette situation. » Avec le rachat de l’OL par la holding Eagles Football via John Textor, la patience risquerait, en cas de mauvaise tournure à l’avenir, de n’avoir d’égal à l’agacement de plus en plus grandissant des associations de supporters.


Bad Gones et Lyon 1950 ne délaisseront pas les gradins pour autant


Information essentielle de ce communiqué, les Bad Gones et Lyon 1950 indiquent qu’aucun boycott ne sera réalisé dans les semaines et mois à venir. « Notre passion et notre amour de l’OL n’ont pas à subir les conséquences de cette nullité ambiante », ajoutent-ils. Si un abandon des tribunes n’est pas au goût du jour, et ne le sera probablement jamais, les personnes formant le douzième homme ont vraisemblablement prévus de faire bouger les choses en passant par le chemin des actes. « Nous avons multipliés les actions depuis ces dernières années (communiqués, banderoles, grèves temporaires…) sans succès mais nous ne pouvons nous résoudre à regarder le bateau couler. […] Ce communiqué sera toutefois le point de départ de futures actions ! »

Aucune idée sur ce que seront la ou les natures de ces prochaines actions. Une chose semble toutefois certaine, ce mercredi 4 janvier 2023 marque un tournant. La ligne rouge de la patience des supporters de l’OL semble avoir été franchie pour de bon par les dernières décisions des dirigeants, d’une part, et les performances des joueurs sur le terrain, d’autre part.

Les prochaines échéances, notamment à domicile au Groupama Stadium (Metz le 07/01 en Coupe de France ou encore Strasbourg le 14/01 en championnat) pourraient s’avérer mouvementées et médiatisées si la situation, sur le terrain dans un premier temps, reste inchangée. Tout comme en interne, dans un second temps. Il faudra être attentif, très attentif, aux déroulements et dénouements des prochains épisodes.

Natif de Lyon. Étudiant en troisième année à l'École du Journalisme de Nice. Diplômé du DUT Journalisme de Vichy. Passé dans les rédactions de Tonic Radio, But! Football Club, Planète Lyon, Lyon Capitale, Olympique-et-lyonnais, Euronews, Lyon Bondy Blog, Radio Scoop et OLTV. Je fais d'une pierre deux coups quant à mes passions : le journalisme et la ville de Lyon pour son histoire.

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Foot