Nos réseaux sociaux
Crédit Photo : Instagram @chamberysf ©

Foot

OL – Coupe de France : « tenter des choses avec de l’audace », se promet Jordan Scarantino, milieu de terrain de Chambéry

Pour le 16e de finale de Coupe de France, l’Olympique lyonnais va recevoir, samedi (15 h 30) le Chambéry Savoie Football (N3) au Groupama Stadium. À quatre jours de l’affiche inédite, Jordan Scarantino, milieu de terrain du club savoyard, a pour ambition de livrer une grande prestation. Le joueur de 29 ans, qui peut aussi être positionné en attaque, a fait part de son ressenti à Lyon Sports Actu. Seconde valse des deux interviews, après celle de Nikolaz Poujol hier, qui accompagnent cette semaine ô combien importante pour les départements du Rhône et de la Savoie.

Lyon Sports Actu : vous avez effectué votre première séance d’entraînement de la semaine hier (lundi). Comment s’est-elle déroulée ?

Jordan Scarantino : « nous avons participé à une séance axée sur de la récupération physique. Des exercices comme le tennis-ballon ou de la course ont été pratiqués. Il y a aussi eu de la compensation pour ceux qui n’ont pas joué lors du dernier match à Aix-les-Bains (0-1). Tout s’est très bien passé. Dans la convivialité, la joie et la bonne humeur. Il nous fallait cette séance pour entamer cette longue et rude semaine. » 


Dans une précédence interview sur notre site Internet, votre coéquipier Nikolaz Poujol a indiqué que votre coach, Cédric Rullier, ne vous avait pas encore parlé la rencontre à venir face à l’OL à l’issue de votre victoire à Aix-les-Bains. Est-ce toujours le cas en ce début de semaine après cette première séance d’entraînement ?

« Nous étions concentrés sur notre temps de récupération. Il y avait seulement les coachs adjoints et d’autres managers du club pour nous encadrer. Cédric Rullier n’était pas présent à l’entraînement lundi à Chambéry. Il est actuellement au Centre National du Football, à Clairefontaine-en-Yvelines, pour une remise à niveau de son diplôme d’entraîneur. Il ne nous a donc pas encore livré sa vision des choses pour le 16e de finale de Coupe de France face à Lyon. » 

« À son retour, il devrait nous parler de l’état mental de l’adversaire. Mais notre coach principal est davantage focalisé sur notre jeu. Cela se limitera sûrement à quelques petits mots mais rien de plus. »

 

« Cédric Rullier (entraîneur de Chambéry) n’était pas présent à l’entraînement lundi à Chambéry » 


De quelle manière l’équipe de Chambéry se prépare-t-elle pour le déplacement à Décines ?

« Nous allons poursuivre sur notre lancée. Nous accentuerons le travail dans la zone défensive. C’est dans ce secteur du terrain que nous sommes beaucoup concentrés depuis ces derniers jours. Il faudra que nous continuons nos efforts cette semaine tout en haussant notre niveau de jeu. Que ce soit défensivement comme offensivement, aucun détail ne devra être négligé. » 


« Nous accentuerons le travail dans la zone défensive »


 

Quelle a été votre réaction quand vous avez appris que le Chambéry Savoie Football allait défier l’Olympique lyonnais ?

« C’était un moment fantastique. Avec toute l’équipe, nous venions de regagner le vestiaire à Aubagne (Chambéry a éliminé l’équipe des Bouches-du-Rhône sur le score de 1-3 lors du 32e de finale). C’était la grande euphorie entre les coachs, les joueurs mais aussi les supporters qui se sont invités à la fête. Nous étions très heureux d’apprendre que l’Olympique lyonnais allait être notre prochain adversaire. Être confrontés au plus haut niveau national, c’est ce dont nous avons besoin et recherchons dans une Coupe de France. » 


Pourriez-vous définir le type de profil qui incarne le milieu de terrain que vous êtes ?

« Je suis un joueur qui aime l’altruisme. J’ai de la hargne et de la combativité à revendre. Très persévérant, j’aime marquer mais surtout être décisif pour mon équipe. C’est ce sentiment du devoir accompli et de travailler pour les autres qui me motive tous les jours. J’ai aussi la capacité de monter d’un cran pour devenir attaquant quand besoin est. » 


« J’ai de la hargne et de la combativité à revendre »


En Coupe de France, vous avez fait tomber Bourgoin-Jallieu au 7e tour au terme d’une séance de tirs au but (1-1 ; 4-3). Les penaltys sont-ils des exercices que vous allez répéter à l’entraînement cette semaine ?

« Nous travaillons les penaltys uniquement à l’issue du dernier entraînement en semaine de Coupe de France. Chacun de nous vient se présenter derrière le point blanc aux cinq mètres cinquante. Nous nous exerçons tous à la séance de tirs au but. Même si nous n’avons pas encore le programme hebdomadaire, il est possible que nous répétons ceci vendredi. En dehors de ce temps, nous ne nous attardons pas davantage là-dessus avant les rencontres en championnat. » 


« Il est possible que nous répétons ceci (les penaltys) vendredi »


La rencontre se déroulera au Groupama Stadium pour des raisons d’organisations. Cela peut-il jouer en votre défaveur ou le voyez-vous plutôt comme une opportunité supplémentaire pour créer l’exploit ?

« Il est clair que nous aurions aimé jouer dans notre stade à Chambéry qui est actuellement en travaux. Cela aurait été un grand événement pour notre ville. D’un autre côté, avoir la possibilité d’aller à l’encontre de la logique, le tout au Groupama Stadium, serait historique dans l’histoire de la Coupe de France. Énormément de clubs de Ligue 1 ont été éliminés chez des petits clubs (l’un des derniers exemples en date : le Puy-en-Velay (National) qui a sorti l’OGC Nice (1-0) le 7 janvier lors du 32e de finale). Il est plus fréquent de voir des exploits se créer sur les terrains des outsiders. Inverser la tendance géographique s’annoncerait alors légendaire pour Chambéry, la Savoie et le football français. » 


« Il est plus fréquent de voir des exploits se créer sur les terrains des outsiders »


En quoi est-ce intimidant de se dire que vous vous apprêtez à fouler la pelouse du Groupama Stadium devant des milliers de spectateurs ?

« En tant que compétiteur, je suis très existé. J’évolue dans un championnat amateur. La rencontre qui se profile est alors un rêve. Jouer dans une enceinte aussi grande et rayonnante est quelque chose de beau. Il y aura certainement une pelouse à la qualité impeccable contrairement à ce je peux connaître en National 3. Être observé par plusieurs milliers de personnes pourrait être déstabilisant pour certains. Je resterai compétiteur. La foule ne pourra que me pousser vers le haut et me galvaniser. Heureux et très impatient d’être samedi pour fouler ce rectangle vert. » 

« J’ai déjà eu quelques parcours mémorables dans mon passé en Coupe de France. J’ai toujours gardé dans un coin de ma tête la possibilité d’affronter une équipe de l’élite. Ma lueur d’espoir s’est concrétisée en une lumière coruscante. C’est incroyable. » 


« Ma lueur d’espoir s’est concrétisée en une lumière coruscante »


Lyon reste sur une défaite concédée à domicile face à Strasbourg (1-2) et connaît des temps tumultueux. Quel regard portez-vous sur la situation actuelle du club rhodanien ?

« Il est vrai qu’en tant que joueurs nous scrutons l’état de santé de notre prochain adversaire. La situation qu’ils (les joueurs de l’OL) traversent doit être difficile à vivre et à supporter. Il y a des signes qui prouvent aussi du positif. Face à Strasbourg (1-2), l’OL a cruellement manqué de chance. Techniquement et offensivement, cela reste une équipe dotée de certitudes individuelles et collectives. Il y a eu plus de vingt-cinq tirs et environ 70 % de possession en leur faveur. C’est révélateur. » 


Votre équipe chambérienne reste sur une victoire à Aix-les-Bains (0-1) samedi dernier lors de la 9e journée de National 3. Quels ingrédients en plus faudra-t-il ajouter pour espérer faire basculer l’OL ?

« Il faudra continuer à être aussi solide sur notre plan défensif. Aussi, nous devrons mettre plus d’agressivité dans nos actions offensives. L’objectif sera de ne pas se retrouver bloquer face à l’adversaire. Consciencieusement, se libérer offensivement et tenter des choses avec de l’audace sera dans nos intentions. Nous n’aurons pas cinquante occasions. Les seules que nous arriverons à nous procurer devront faire mouches. Le dépassement de soi sera primordial. Il faudra en être conscient lors du moment venu. » 


« Se libérer offensivement et tenter des choses avec de l’audace »


Que sera-t-il le plus difficile entre faire trembler les filets lyonnais et garder la cage chambérienne inviolée ?

« Sans hésiter, il sera question de garder notre but vide. Au vu des qualités des attaquants Lyonnais, c’est sur notre solidité qu’il faudra compter. Plus que sur notre capacité à se créer des espaces dans le secteur offensif. » 


Chambéry réalise un début de saison correct après 12 matchs de National 3 (5 victoires, 4 matchs nuls et 3 défaites / 14 buts inscrits contre 12 réalisations encaissés). Quelles sont les qualités qui constituent la force de votre groupe ?

« Même si elle se faisait moins ressentir en début de saison, notre atout à défendre correctement et collectivement peut-être l’une de nos principales qualités. Nous avons aussi des joueurs rapides capables de prendre des décisions instantanées dans les derniers gestes. » 


À titre personnel, vous avez inscrit 4 buts et délivré 2 passes décisives en 10 matchs cette saison, toutes compétitions confondues. Lors du tour précédent de la Coupe de France, à Aubagne (1-3), vous avez doublement apporté votre pierre à l’édifice (1 but et 1 passe décisive). Vous êtes-vous fixé un challenge personnel pour samedi ?

« Tant que je suis sur le terrain, je suis à l’aise. Le plus gros challenge sera de réaliser une performance quasiment parfaite à mon poste. C’est-à-dire défendre intelligemment en étant, si possible, décisif pour mes coéquipiers. Je dispose d’un rôle qui m’oblige à assurer ma présence dans les deux surfaces. L’une dans laquelle nous pouvons être acculés et l’autre où nous nous procurons les occasions. » 

« Nous avons beaucoup alternés entre plusieurs systèmes de jeu depuis le début de l’exercice 2022-2023. Je préfère évoluer en 4-4-2 pour être le plus offensif possible. Il y a également le 4-3-3 qui me correspond bien avec un attaquant d’appui (Nassim Akrour ou Nikola Volic) accompagné d’éléments rapides sur les ailes. » 


« Je préfère évoluer en 4-4-2 pour être le plus offensif possible »


Y aurait-il des joueurs dont vous vous inspirez du côté de l’Olympique lyonnais ?

« En ce début de saison, je pense à Tête. Je prends beaucoup exemple sur ses prestations. Comme je peux aussi être positionné aux avant-postes, il y a forcément Alexandre Lacazette qui me passe par l’esprit. Sa longue expérience force le respect. » 


Peut-on parler d’un match d’une vie pour Jordan Scarantino ?

« J’arrive à mes trente ans. J’ai connu uniquement le niveau amateur dans le football. Oui, il est possible d’évoquer le match d’une vie. Ce ne sera peut-être pas l’opportunité qui arrive une seule fois dans une carrière, l’avenir nous le dira, mais il s’agit d’un rêve de pouvoir participer à une telle affiche. Qui plus est se déroulera dans un magnifique stade. » 


« J’arrive à mes trente ans […] il s’agit d’un rêve de pouvoir participer à une telle affiche »


Propos recueillis par Tom Bonnard.

Natif de Lyon. Étudiant en troisième année à l'École du Journalisme de Nice. Diplômé du DUT Journalisme de Vichy. Passé dans les rédactions de Tonic Radio, But! Football Club, Planète Lyon, Lyon Capitale, Olympique-et-lyonnais, Euronews, Lyon Bondy Blog, Radio Scoop et OLTV. Je fais d'une pierre deux coups quant à mes passions : le journalisme et la ville de Lyon pour son histoire.

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Foot